Tuyau de poêle!!

jeudi 16 avril 2015

Le Gâteau d'une Mamie, pour les Petits Assistants qui Aiment Casser les Oeufs.

Les lecteurs assidus (merci à vous), à mémoire d'éléphant se rappeleront peut-être que j'ai perdu ma grand-mère il y a maintenant 6 ans. A l'époque, j'avais bloggué très vite, il fallait vite remettre le pied à l'étrier.

Mon grand-père l'a suivie il y a quelques mois, et c'est l'heure de traiter "les choses". 

Les choses qui restent, qui encombrent, qui rappellent, à jeter, qui servent encore, qui font pleurer...

Parmi "les choses", tes recettes Mamie... soigneusement gardées depuis toutes ses années, tes vieux livres, tes recettes griffonnées à l'arrache, tes recettes bien recopiées dans le petit carnet jamais terminé; ça te ressemble tellement plus tous ces feuillets que tu fourrais dans tes tiroirs... Les as-tu seulement relus?

J'en ai selectionnés quelques uns et je les ai passés en revue avec mon petit assistant, et on a sélectionné celle-ci, celles où il y avait le plus d'oeufs, c'est rigolo les oeufs à casser, tu sais Mamie?

Recette Simple

 

C'était mystérieux, assez simple.

Nous avons donc cassé les oeufs: un coup sec, les pouces dans le trou, on sépare les coquilles, on part à la pêche aux morceaux de coquille. Puis on les a battu très fort avec tout ce sucre...

Une fois le mélange bien mousseux, on a pris le temps d'observer que c'était joli, et qu'on pouvait faire des dessins de serpents avec la cuillère. 

On a ensuite ajouté la farine tamisée, et on a remué pour avoir une jolie pâte, assez liquide.

 

Gâteau Simple de Mamie, la consistance

 

On a rapé le zeste d'un citron tout rond, qui roulait comme une balle, avec la râpe comme pour le fromage, ça sentait bon, et on a goûté la pâte. On en a mis partout, tu te serais sans doute un peu fâchée en souriant en douce, sans qu'on puisse te voir.

Ensuite on a rempli des petits moules en silicone (8), mais pas jusqu'au bord, et versé le reste de la pâte dans un moule à cake (de quoi le remplir à moitié).

Tu avais dis four doux, alors on a allumé à 205 °C à chaleur tournante.

Les petits gâteaux ont cuit 10 minutes, le cake 15 minutes, et on l'a laissé dans le four chaud, des barres de chocolat à pâtisser sur le dessus, pour que ça fonde gentiment.

On a ensuite laissé reposer sur le rebord de la fenêtre, puis on a démoulé en faisant attention, mais un peu vite quand même car micro-assistant commençait à se servir dans le moule, les bosses qui dépassaient...

Gâteau Simple de Mamie, la bosse

Mamie, je dois te dire, c'est un peu sucré! Et..je ne sais pas si ce gâteau sera encore bon demain, mais...il était parfumé, moelleux, c'est nous qui l'avons fait, et je suis sûre que trempé dans le café il sera super bon.

Et puis d'ailleurs Mamie...je ne suis pas sûre qu'il en reste demain!

Gâteau Simple de Mamie

 

Même si je sais que toutes ses meilleures recettes étaient surtout dans sa tête, je prendrais plaisir à farfouiller encore dans ses feuillets pour essayer d'imaginer à quoi va ressembler le gâteau, pouvoir raconter un bout de cette vie d'avant à mes loulous, et faire moi aussi le chemin qui l'amenait à tester, améliorer sans cesse...

A bientôt peut-être... Un an et demi sans poster, vraiment?

Pardon aux questions sans réponse, du ménage à faire dans une boîte aux lettres trop sollicitée par des "choses" qui s'éloignent de l'essence initiale du blogging ;)

Posté par Scherneel à 22:10 - Gâteaux, Tartes Sucrées - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Nostalgie...

    Il est magnifique ce post, merci Delphine...
    Ton viking devait être fier de partager ça avec toi, curieux aussi certainement...
    Je suis émue de lire cette intimité touchante et cela me renvoit des tas de choses...
    Je te parlerai de la terrine de lapin de grand-mamie Rolande...
    Merci... Merci... Merci...
    L'héritage culinaire est remplit d'odeurs, de sentiments, de souvenirs, d'idéalisme aussi... Que ça fait du bien <3

    Posté par Céline, vendredi 17 avril 2015 à 10:11

    • Parle moi oui de la terrine de lapin de Grand Mamie Rolande...
      Parle moi de la mer, du vent, du rire et des sourires.
      Prenons le temps
      Dégustons-la cette vie que nos Mamies à poigne nous ont laissée...

      Posté par Scherneel, vendredi 17 avril 2015 à 21:28

Poster un commentaire